Contrat AESH : zoom sur les obligations de l’employeur pour les élèves avec troubles de la cognition

Le contrat AESH, ou Accompagnant des Élèves en Situation de Handicap, est un dispositif mis en place pour aider les élèves porteurs de handicaps dans leur parcours scolaire. L’objectif est d’assurer une meilleure inclusion et une égalité des chances pour tous. Mais quelles sont les obligations de l’employeur vis-à-vis des élèves présentant des troubles de la cognition ? Décryptage.

I. Comprendre le rôle et les missions de l’AESH

L’AESH est un professionnel formé et engagé pour accompagner les élèves en situation de handicap, notamment ceux présentant des troubles cognitifs. Ces accompagnants interviennent auprès des enfants et adolescents scolarisés en milieu ordinaire, dans le cadre d’un projet personnalisé de scolarisation (PPS). Leur principale mission est d’aider ces élèves à développer leurs compétences, à acquérir une plus grande autonomie et à s’intégrer au mieux dans leur environnement scolaire.

Les troubles cognitifs concernent principalement les fonctions intellectuelles telles que la mémoire, l’attention, la compréhension ou encore le raisonnement. Les AESH peuvent être amenés à travailler avec des élèves atteints de diverses pathologies ou troubles spécifiques tels que la dyslexie, la dyspraxie, le trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), l’autisme, etc.

II. Les obligations de l’employeur en matière de recrutement et de formation

Pour répondre aux besoins spécifiques des élèves présentant des troubles cognitifs, les employeurs doivent veiller à recruter des AESH possédant certaines compétences et qualités. Il est essentiel que ces professionnels soient dotés d’une formation adéquate, leur permettant d’accompagner au mieux les élèves concernés dans leur parcours scolaire.

Autre article intéressant  La légalisation de la gestation pour autrui (GPA) : un débat en constante évolution

L’employeur a donc l’obligation de proposer une formation initiale aux AESH, ainsi que des formations continues tout au long de leur carrière. Ces formations doivent être adaptées aux besoins spécifiques des élèves accompagnés et permettre aux AESH d’acquérir les compétences nécessaires pour exercer leurs missions. Par ailleurs, il est important que l’employeur assure un suivi régulier du travail réalisé par les AESH auprès des élèves, afin de garantir la qualité de l’accompagnement proposé.

III. Les conditions de travail et le soutien apporté aux AESH

Les conditions de travail des AESH sont un autre aspect crucial pour assurer une prise en charge efficace des élèves présentant des troubles cognitifs. L’employeur doit veiller à ce que ces professionnels disposent du matériel adapté et nécessaire pour mener à bien leurs missions auprès des élèves. Par exemple, des outils spécifiques pour faciliter la communication ou l’apprentissage des élèves atteints de troubles cognitifs.

De plus, les AESH doivent bénéficier d’un soutien et d’un encadrement de la part de leur employeur. Celui-ci doit notamment veiller à ce qu’ils puissent échanger régulièrement avec les autres membres de l’équipe éducative (enseignants, psychologues, etc.) pour adapter au mieux leur accompagnement aux besoins des élèves. Enfin, il est important que l’employeur favorise la reconnaissance du travail accompli par les AESH et valorise leur rôle au sein de l’établissement scolaire.

En résumé, les obligations de l’employeur envers les AESH sont multiples : recrutement et formation adaptée, conditions de travail adéquates et soutien. Ce dispositif est essentiel pour assurer une scolarité réussie aux élèves en situation de handicap avec troubles cognitifs et contribue à promouvoir une éducation inclusive pour tous.

Autre article intéressant  Étapes clés pour créer une association : guide complet par un avocat