Les congés payés en cas d’arrêt maladie : ce que vous devez savoir

Face à un arrêt maladie, de nombreuses questions se posent concernant les congés payés. Comment sont-ils calculés ? Peuvent-ils être reportés ? Quels sont vos droits et obligations en tant qu’employé et employeur ? Cet article répondra à toutes ces interrogations et bien plus encore, afin de vous éclairer sur cette problématique complexe.

Les règles générales concernant les congés payés et l’arrêt maladie

En principe, lorsqu’un salarié est en arrêt maladie, il ne peut pas bénéficier de ses congés payés simultanément. Cependant, selon la durée de l’arrêt maladie, certaines dispositions permettent au salarié de conserver ou non ses droits à congés payés.

La loi prévoit qu’un salarié doit avoir travaillé au moins 10 jours ouvrables chez le même employeur pour pouvoir prétendre à un jour de congé payé. Ainsi, si l’arrêt maladie est inférieur à cette durée, le salarié continue d’acquérir des droits à congés payés. En revanche, si l’arrêt dépasse ce seuil, le calcul des droits à congés s’en trouve impacté.

L’incidence des arrêts maladie sur le calcul des droits à congés payés

Les arrêts maladie ont des conséquences directes sur le calcul des droits à congés payés. En effet, l’acquisition de ces droits est suspendue pendant la durée de l’arrêt maladie. Toutefois, certains types d’arrêts maladie sont considérés comme du temps de travail effectif, et permettent donc de continuer à accumuler des droits à congés payés :

  • Les accidents du travail et les maladies professionnelles
  • Les congés maternité, paternité et adoption
  • Les congés pour événements familiaux
  • Les arrêts maladie indemnisés par la Sécurité sociale pendant une période maximale de 12 mois (en cas de maladie d’origine non professionnelle)
Autre article intéressant  Le droit à l'éducation

Le report des congés payés en cas d’arrêt maladie prolongé

Suite à un arrêt maladie, le salarié peut demander le report de ses congés payés non pris. La jurisprudence européenne et française a reconnu ce droit au salarié en cas d’arrêt maladie prolongé. Ainsi, si le salarié n’a pas pu prendre ses congés payés en raison d’une incapacité temporaire résultant d’un accident ou d’une maladie, il peut demander leur report à son employeur.

Cependant, ce report n’est pas automatique et doit faire l’objet d’une demande expresse de la part du salarié. De plus, ce droit au report s’applique uniquement aux congés payés acquis pendant la période d’arrêt maladie et non pris avant celle-ci.

La protection contre le licenciement pendant un arrêt maladie

Pendant un arrêt maladie, le salarié bénéficie d’une protection contre le licenciement. En effet, l’employeur ne peut pas licencier un salarié en raison de son état de santé ou de son handicap. Toutefois, il existe des exceptions à cette règle :

  • Le licenciement pour une autre cause que la maladie (faute grave, insuffisance professionnelle, motif économique…)
  • Le licenciement pour inaptitude lorsque le médecin du travail a constaté l’impossibilité pour le salarié d’exercer son emploi et que l’employeur ne peut proposer de reclassement adapté

Il est donc important pour le salarié de connaître ses droits et obligations en cas d’arrêt maladie afin de préserver au mieux sa situation professionnelle.

Au regard des différentes dispositions légales et jurisprudentielles concernant les congés payés en cas d’arrêt maladie, il est essentiel pour les employés et les employeurs de bien maîtriser ces aspects afin de respecter leurs obligations respectives. N’hésitez pas à consulter un avocat spécialisé en droit du travail pour obtenir des conseils personnalisés et adaptés à votre situation.

Autre article intéressant  L'impact du numérique sur le droit